PAC en danger

Le Sénat prend le contrepied du Gouvernement

 

Le Sénat a adopté une proposition de résolution européenne en faveur de la préservation d'une Politique agricole commune (PAC) forte et ambitieuse. Guillaume Chevrollier a voté pour.

Le Sénat a été ferme et a pris ses responsabilités :
• Il a rappelé la nécessité d’un budget de la PAC stable sur la période 2021/2027,
• Il a refusé tout statu quo sur les modalités de gestion des crises et sur l'adaptation du droit de la concurrence aux problématiques agricoles ;
• Il a rappelé les enjeux agricoles liés au commerce international.

 

Pour Guilllaume Chevrollier, les propositions de Bruxelles de couper le budget de 15% et la chute des baisses directes sont inacceptables et constituent une catastrophe pour l’agriculture française.

La PAC est en danger.

Le Gouvernement est en totale contradiction. Il prétend d’un côté vouloir améliorer les rémunérations des agriculteurs. Et de l’autre, il ne tient pas tête à Bruxelles et a accepté cette réécriture de la PAC.

Le Sénat, dans son contrôle du Gouvernement, tire la sonnette d’alarme.