Retrouvez mon intervention auprès de Mme Bérangère ABBA, secrétaire d'État chargée de la biodiversité :

http://videos.senat.fr/video.1825442_5fb5212099406.seance-publique-du-18-novembre-2020-apres-midi?timecode=17041220

Longtemps le mal aimé des politiques énergétiques, l’hydrogène, est aujourd’hui présenté comme un pilier majeur de la réindustrialisation et de la relance en France.

Une énergie sans émission de CO2 est révolutionnaire à l’heure où la question de l’enfouissement du gaz carbonique fait débat.

Les Régions ont saisi ses capacités de décarbonation de l’industrie et des mobilités. Elles ont été pionnières dans le soutien à l’hydrogène-énergie, et portent des projets de déploiement de solutions hydrogènes adaptées.

La région des Pays de la Loire a débloqué 100 millions d'euros d'ici 2030 pour développer l'hydrogène et en faire une filière d’excellence.

Dans les mobilités, la logistique, des projets émergent et gagnent en maturité et témoignent d’une ambition industrielle de long terme.

Je salue l’impulsion que l’Etat a donné à la filière hydrogène, avec des moyens importants qui s’élèvent à hauteur de 7 milliards d’euros.

J’alerte sur le fait que nos politiques publiques en matière d’environnement manque souvent de stabilité et de lisibilité.

Le Gouvernement avait par exemple dilué sur trois ans les engagements du plan hydrogène de Nicolas Hulot, juste après la démission du ministre….

Nombreuses sont les filières industrielles que l’Etat a souhaité développer pour la transition énergétique mais qui n’ont finalement pas abouties.

Les Régions s’engagent, l’Etat doit donc lui aussi s’engager sur le long terme.

Le développement de l’hydrogène doit donc s’inscrire dans une vision d’ensemble de l’évolution du système énergétique et des usages associés.