J'ai interrogé la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, sur les mesures du Gouvernement pour soutenir ce média auquel les Français sont tant attachés, mais aussi les entreprises qui font vivre le territoire. Ma question est sans réponse pour l'instant.

 

M. Guillaume Chevrollier attire l'attention de Mme la ministre de la culture sur l'impact de la crise de la Covid-19 sur la situation des radios indépendantes.

Leurs recettes – issues uniquement de la publicité, se sont effondrées ces dernières semaines : une division par deux en mars, une chute de plus de 90 % en avril et mai.

Dans ces conditions, l'accompagnement par l'État des radios indépendantes après la crise apparaît indispensable. Il en va de la survie des radios indépendantes regroupées au sein du SIRTI, syndicat des radios indépendantes, mais aussi du maintien d'un paysage dense et pluraliste.

Le secteur radiophonique a besoin d'être soutenu et de mesures économiques concrètes. Il propose la mise en place d'un crédit d'impôt pour les annonceurs au titre des dépenses de communisation ; la mise en place d'un crédit d'impôt « diffusion hertzienne – broadcast » de vingt-quatre mois ; la mise en place d'une aide au déploiement DAB+ ainsi que l'annulation des charges pour les entreprises du secteur radiophonique.

Les radios locales et indépendantes valorisent l'action des collectivités locales et sont en lien avec les élus locaux. Elles sont des leviers d'attractivité pour nos territoires ruraux.

Il souhaiterait savoir quelles sont les mesures du Gouvernement pour soutenir ce média auquel les Français sont tant attachés, mais aussi les entreprises qui font vivre le territoire.