Le 15 octobre 2019

Près de 170 personnes, élus locaux, experts et scientifiques ont participé au colloque sur l’engagement des collectivités territoriales pour la biodiversité, organisé au Sénat par Guillaume CHEVROLLIER, sénateur de la Mayenne et l’Agence Française pour la Biodiversité. Le colloque s’est déroulé en présence d’Emmanuelle WARGON, secrétaire d’Etat auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire.

Placé sous le haut patronage de Gérard LARCHER, président du Sénat, il était important que le Sénat, à six mois des municipales, sensibilise les élus locaux et les candidats aux prochaines élections, et soit une caisse de résonances des multiples initiatives locales pour essaimer dans les territoires avec notamment des solutions fondées sur la nature.  

Ainsi, élus locaux venus de toute la France, métropolitaine et d’Outre-mer, Régions, Départements et bloc communal ont pu appréhender les solutions et outils qui existent, débattre des freins qui restent à lever et s'inspirer d'initiatives déjà éprouvées.

Face à l’érosion de la biodiversité et au dérèglement climatique, les collectivités doivent adopter des stratégies d'adaptation qui permettront de protéger les territoires et populations.

Pour Guillaume Chevrollier, les collectivités territoriales sont des acteurs clés de terrain et font preuve de beaucoup d’inventivité : lutte contre l’artificialisation des sols, végétalisation verticale en ville, gestion des éclairages publics, élaboration d’atlas de la biodiversité, politique de l’eau…Elles représentent 70% de l'investissement public.

Il rappelle que l’écologie punitive, qui vient d’en haut, divise. Mais l’écologie pragmatique, qui part du terrain rassemble.

Une synthèse des travaux sera présentée au Congrès des maires qui pourra être source d’inspiration pour les futurs élus locaux, afin qu’ils intègrent, dans leur projet de territoire, la biodiversité.