Guillaume Chevrollier, rapporteur pour avis de la mission eau - biodiversité, a été nommé par Gérard Larcher pour siéger au sein du comité national de l’eau, instance de consultation sur la politique de l’eau.

« Le comité traite de nombreux sujets, qui intéressent les collectivités territoriales, je pense au financement de l’eau dans les territoires, mais aussi les citoyens, notamment par rapport à la qualité de l’eau. »

Guillaume Chevrollier rappelle que « c’est une fracture territoriale sans précédent, entre les villes et les campagnes qui nous attend, si nous n’amorçons pas le renouvellement des canalisations. Avec le principe de « l’eau paie l’eau » localement, la conséquence de cette absence d’investissement massif aura un impact sur la facture en eau des français et des collectivités rurales. »

Guillaume Chevrollier est aussi membre du comité de pilotage de la seconde séquence des Assises de l’eau, dont l’objectif est de trouver des solutions pour permettre aux territoires et à l’ensemble des acteurs d’adapter leur gestion de l’eau à l’heure du changement climatique.

Pour Guillaume Chevrollier, « Il faut prendre conscience que sans eau, toute préservation ou reconquête de la biodiversité sera impossible. »